Rachel Lapointe - Vivre en Gaspésie

Découvrir

Nouveaux arrivants

Rachel Lapointe

Rachel est arrivée en Gaspésie en mars 2020, en même temps que le début de la pandémie. Elle est directrice du Musée Acadien du Québec.

Pourquoi as-tu choisi de t’installer en Gaspésie?

« Ç’a été une année assez inattendue, mais je suis vraiment contente d’avoir déménagée en Gaspésie. Je suis contente de m’être rapprochée de ma famille dans un sens, parce que la Gaspésie c’est quand même plus proche de Québec que l’Île-du-Prince-Édouard. Mais je me suis aussi rapprochée de mes ancêtres. J’ai un portrait de mon arrière-grand-père sur mon mur et sa maison est juste à côté d’où j’habite. »

« C’est un sentiment particulier, comme un retour aux sources, étrangement. De savoir que je travaille pour la culture et le patrimoine acadien, alors que mes ancêtres ont vécu la déportation et sont arrivés ici, c’est assez surréel. Ça donne un autre sens à mon travail au Musée, c’est sûr. »

Qu’est-ce que tu as trouvé en Gaspésie que tu n’as pas trouvé ailleurs?

« La proximité avec la nature, c’est quelque chose de vraiment important pour moi. C’est quelque chose à laquelle tu ne penses pas nécessairement quand tu es jeune, quand tu penses à l’endroit où tu veux vivre. Mais en grandissant, c’est quelque chose que j’ai vraiment appris à aimer et à rechercher. »

« Aussi, tranquillement, je me bâtis un beau réseau. Les gens que je rencontre sont super accueillants. Ils sont vraiment généreux et ils me donnent envie de poursuivre ici et de tisser des liens. Même si j’adore mon emploi, j’ai envie de m’impliquer dans la communauté en tant que personne. »

Qu’est-ce qui te fais rester en Gaspésie?

« Il y a quelque chose de vraiment apaisant, je trouve, ici. Je ne sais pas vraiment comment expliquer ça, on dirait que le rythme est plus calme. Oui, le travail qu’on fait est important, mais ce n’est pas juste le travail. Les gens ne vivent pas pour travailler, ils travaillent pour vivre. Oui, le travail est important et on donne le meilleur de soi-même. Mais à la fin de la journée, c’est tellement facile de prendre un livre et d’aller lire à la plage, d’aller marcher ou de prendre une crème glacée. »

3 mots pour décrire la Gaspésie

Culture, patrimoine, famille

Flèche pour retour
Haut de page